Une minorité de ces Afrikaners a cependant rallié le nouveau pouvoir ANC pour tenter de sauvegarder un minimum d’influence politique sur les commandes du pays. en.wikipedia.org/wiki/Afrikaner_nationalism, We are looking forward to hearing from you.

En 2007, plus de 40 % des Afrikaners appartenaient à l’Église réformée hollandaise de la NGK (contre 70 % il y a trente ans). « une communauté de langue et de culture mais aussi une nation entrée dans l'Histoire », « Ce conservatisme idéaliste se caractérise par un attachement au passé, aux idéaux de la "pureté linguistique et raciale" et aux normes religieuses et morales ». Ainsi, l’imposition de l’anglais dans les anciennes républiques boers, l’interdiction de l’enseignement de l’afrikaans et diverses mesures vexatoires ont pour corolaire la création d’écoles privées gérées par les Afrikaners eux-mêmes qui fournissent alors un terrain propice à la création d’une identité commune fondée sur la langue afrikaans, la croyance calviniste et une interprétation quasi-religieuse de l’histoire. La défense de l’identité afrikaner devient une mission sacrée dont le triomphe exige la mobilisation totale du peuple de langue afrikaans (le Volk). La Seconde guerre des Boers de 1899-1902 permet cette unification sud-africaine mais sous le contrôle de la métropole britannique. Des dizaines de milliers d’aventuriers et de prospecteurs, venant en majorité de Grande-Bretagne, affluèrent vers la région au grand dam des paysans boers et du président du Transvaal, Paul Kruger. En 1910, l’Union sud-africaine est proclamée et devient dominion de la Couronne. Ces termes utilisés dans cette langue et qui signifient littéralement « Africains » en afrikaans, désignent ainsi principalement les Africains blancs d’Afrique du Sud de langue maternelle afrikaans. Ainsi se constituent les républiques de l’État libre d’Orange et du Transvaal, dont les Anglais reconnaissent l’indépendance dans les années 1850.

À partir des années 1960, un certain nombre d’écrivains, les Sestigers, traduisent les angoisses et conflits des Afrikaners modernes. », — Témoignage de l'écrivain afrikaner André Brink affirmant son droit à continuer à vivre en Afrique du Sud en 2008 en dépit de la situation politique et sociale du pays[56]. On écrit encore parfois Afrikaander ou plus rarement Afrikander. Après le court conflit de la Première guerre des Boers, le Transvaal, à la fin des années 1880, entre brutalement dans l’ère du capitalisme industriel à la suite de la découverte de gigantesques gisements d’or dans le Witwatersrand. Le 6 avril 1652, au commandement de cinq navires de la VOC (nommés Reijer, Oliphant, Goede Hoop, Walvisch, Dromedaris), le capitaine Jan van Riebeeck débarque dans la baie de la montagne de la Table près de la péninsule du Cap de Bonne-Espérance, à la pointe sud-ouest de l’Afrique.

Le conflit commence dans les mines de charbon puis s’étend à tout le bassin minier du Rand, regroupant 20 000 travailleurs blancs. If you want to use any copyrighted material that may exist on this site for purposes that go beyond 'fair use', you must obtain permission from the copyright owner. The Afrikaners are also known as the “Boers,” the Dutch word for “farmers.” To aid them in agriculture, the Europeans brought in enslaved people from places such as Malaysia and Madagascar while enslaving some local tribes, such as the Khoikhoi and San.